Les sales bêtes

Fin 2014, désireux d'aller vers des formes plus libres, j'ai commencé à chahuter un "pot au noir" (ci-dessus). Ensuite, j'ai poursuivi en laissant une grande place au hasard. Si cela ne s'est pas trop mal passé en 2015, il va falloir que je commence à faire attention. En effet, à partir de "La machoire à Totor", cela a dérapé et je me retrouve désormais avec d'étranges bestioles. Moi, je les aime bien mais mes "sales bêtes", comme je me plais à les nommer, semblent attirer l'inquiétude des plus intrépides amateurs de mon fan club..

Retrouvez quelques unes des plus belles pièces de cette famille


sur le site galerie de Pierre Godard